Mont Blanc, voie normale

Les 20, 21 et 22 Juillet 2012

Mont Blanc, voie normale avec Seb et Alex.

Le texte est de Patrick Guillaume (le guide!)

Nous voilà repartis encore une fois vers le toit des Alpes, enfin c’est comme ça que certain l’appelle. C’est plus vendeur que la grosse bosse comme disent les chamoniards. Cette fois-çi, je suis accompagné de Seb et Alex, deux « solides gaillards » qui ont décidé d’aller voir là haut si la vue est aussi belle qu’on le dit. La montée vers le refuge de Tête Rousse se déroule bien, quelques photos avec les bouquetins des Rognes, on échange quelques mots avec les copains qui redescendent et les 1100m de dénivelé sont vite avalés. Alex est surpris de voir que l’on s’arête déjà, mais le but de la journée est de monter tranquillement, pour prendre de la hauteur en douceur et tenter de s’acclimater un peu avant le sommet.

En cette fin d’après-midi, la température descend avec l’arrivée d’une pluie légère, juste ce qu’il faut pour verglacer les rochers de l’arête de l’Aiguille du Goûter et rendre son ascension matinale « intéressante »… Lever 4h, autant monter avec le soleil, nous avons la journée et la météo annoncée est plutôt optimiste. Mais pour l’instant, on y voit tout juste à 20m et il caille « sévère ». Les rochers verglacés nous obligent à chausser les crampons rapidement après le couloir, mais soyons optimistes, il n’y a pas de chutes de pierres aujourd’hui!!

Cette petite escalade matinale a mis mes camarades en appétit et nous décidons de reprendre un second petit déj’ au refuge du Goûter, si bien que lorsque nous repartons du refuge, c’est « grand beau », avec une légère bise… Nous marchons bien, très bien, trop bien même et je suis obligé de calmer mes acolyte afin de maintenir la corde tendue, et surtout de gérer les troupes pour arriver en haut.

Le dôme du Goûter est avalé en moins de 2h et nous faisons une petite halte au soleil au col du même nom, assis dans la neige fraîche. Fruits secs, barres de céréales, s’hydrater, et nous repartons. Maintenant le soleil chauffe à l’abri du vent et nous ne nous arrêtons pas à l’abri Vallot. On monte, toujours d’un bon rythme sur la première bosse, un peu moins sur la seconde et la remontée de l’arête finale (mais qui n’en finis pas…) devient vraiment difficile pour Alex. Néanmoins, après une petite pause il repart de plus belle!! Nous voilà donc au sommet, en moins de 4h depuis le refuge du Goûter. Ce n’est pas un record mais c’est plutôt pas mal pour un gars qui pêchait à pied en Bretagne 48h avant!!

.

;

;

;

;

;

;


La descente se passe à peu prés comme la montée, sans encombre et encore plus rapidement, pour prendre une bonne collation au refuge du Goûter. Coca pour tout le monde!! Puis il faut redescendre, on n’habite pas là après tout et l’arête qui nous attend, enfin débarrassée de sa glace matinale est plutôt accueillante, et les pierres plutôt paisibles aujourd’hui. Bref, une descente sans problèmes.

Ce soir on dort au refuge de Tête Rousse pour la seconde nuit consécutive, mais après le sommet en poche, une bière, un pichet de rouge et un Génépi nous dormons beaucoup mieux, n’entendant plus que d’un œil endormi les cordées partant au milieu de la nuit tenter leur chance avec le sommet.

Bravo encore à vous les gars, et bonne route à Seb’ pour qui il reste encore une semaine de rando pour rentrer à la maison…