Traversée des Arêtes de l’Armée 1er partie

Le 24 et 25 mai 2010

Traversée des Arêtes de l’Armée, de la tête de la Grisonnière (2545m) au col de la Baisse (2497 m).

Cette traversée est un véritable terrain à chamois l’été mais recouverte de neige elle n’a rien à envier à certaines grande traversée d’arêtes plus hautes et plus réputées.

une partie de l'Arête, au fond à droite la tête de la Grisonnière

Nous sommes montés en voiture jusqu’à la baraque du Jas par la route carrossable qui part d’Oris en Rattier. Nous avons suivis les rochers de la Grisonnière menant facilement au sommet du même nom. A partir de là, nous avons gardé les crampons tout le long de la traversée qui est trés enneigée pour cette période de l’année.

Montée à la Tête de la Grisonnière

Sur le Coiro derriére la tête de la Grisonnière

.

.

.

.

.

.

.

.

La jonction entre la tête de la Grisonnière et le Coiro (2607 m) est une des parties les plus faciles de cette longue traversée malgré une neige de printemps abondante et trés transformée.

Du Coiro, nous sommes montés sur le rocher du Vallon (2565 m) par une escalade facile, puis nous avons rejoint la Tête de l’Ermitat (2713 m) par une arête recouverte de petites corniches et entrecoupée de ressauts rocheux.

Quelques corniches!!!

Stéphane fait la trace

.

..

.

.

.

.

.

.

Nous avons poursuivi notre traversée jusqu’au rocher du Grand Glacier (2692 m) par une pente de neige facile mais trés humide et lourde.

Pour rejoindre le rocher du Lac (2776 m), l’Arête devient plus fine et aérienne. Les nombreuses corniches nous ont demandé de l’attention dans cette alternance d’escalade et de désescalade.

Stéphane sur l'arête effilée

Le rocher du Lac

.

.

.

.

.

.

.

.

La suite est assez similaire jusqu’à la Crête Rosière (2689 m) où un passage peut nécessiter un rappel d’environ 15 m.

Ayant apporté le matériel et voyant que le temps était clair nous avons décidé de bivouaquer sous le col de la Baisse (2497 m) avant de redescendre le lendemain jusqu’au village du Mollard où nous avions laissé une voiture.

Cette traversée nous tenait à cœur depuis un bon moment et nous reviendrons pour la suite jusqu’au Grand Armet